Depuis Gaubert, premier Seigneur connu (1030) de cette Maison de Boury, qui participera tant, à travers les siècles, à l’histoire du Vexin, les familles se succèdent par alliances. 
Au milieu du XVII ème siècle, la Baronnie de Boury appartient à Guillaume Aubourg, Conseiller du Roi, Garde des Rôles des Offices et Grand Audiencier de France.

L’ancienne forteresse, transformée en Manoir par les grâces de la Renaissance, ne correspond pas cependant au goût du Grand Siècle pour les monuments neufs, sous l’impulsion du Roi Soleil. L’ancien logis seigneurial et le colombier élevés sur la motte féodale deviendront ferme.

Guillaume Aubourg, devenu par lettre patente de Louis XIV, Marquis de Boury, fait appel à Jules Hardouin-Mansart pour les plans du nouveau château. Les travaux commenceront en 1685 pour être achevés en 1689. Toute l’ornementation des façades est confiée à Thibault Poissant qui collabora à Versailles.

La demeure resta propriété familiale à l’exception d’une cinquantaine d’années au XIXe, à l’issue desquelles Hubert-Edouard Zentz d’Alnois put la racheter pour l’offrir à son épouse, arrière-petite-fille du dernier Seigneur de Boury.

Curieux prolongement de cette parenthèse, dans le cimetière du village, l’enclos des La Ferronnays (l’un fut ministre de Charles X), propriétaires éphémères, voisine avec celui des titulaires.

La visite du château donne l’impression privilégiée de pénétrer un peu l’intimité familiale.

Le château, meublé et habité, appartient aux descendants de ceux qui le firent édifier et qui l’embellirent à travers les générations, lui conservant son caractère de demeure familiale.